IDEE ORIGINALE DE Marion PREDINE BAVANS

 

C'est notre bousbot (le petit de la famille) qui est allé aux cramaillots (pissenlits) dans les boussots (taupinières) c'en était grebis (grande quantité) si bien qu'il en a rempli plein une sache (un grand sac)

A force de tourner en rond j'ai attrapé la tourgniole (le vertige)

Mon père m'a foutu une triquée (correction) parce que je guignais (guettais) par le trou de la serrure de sa chambre

Il a pris une de ces tirbouille (culbute) il s'est empaturé (pris les pieds) dans la murie (sale-bête) de chat.

Pas étonnant qu'il avait le brûle-cou (renvois d'aigreur d'estomac) il a fait le piachon (mauvaise vie) toute la nuit au bacul (petite cabane) même qu'il en a vidé toute sa goyotte (porte-monnaie).

Ils ont attrapé la trisse (diarrhée) parce qu'ils ont mangé des gratte-culs(cynorhodons) dans un vieux tatôt (récipient) tout caribossu (sans forme)

Donne moi une lechotte (petite tranche) de bresi et une larmiche (petite quantité) de pain; et avec ça je prendrais bien une gouttote (petite goutte) de vin.

Claire moi (éclaire-moi) le caboulot (petit cagibi) je voudrais attraper le caquelon (récipient de cuisson) pour faire la fromagère (cancoillotte)

On va contre (en direction) les beaux jours, c'est la traverse (vent du nord); les perlimpinpins (primevères sauvages) commencent à fleurir.

Après avoir échangé des chatouillots (chatouilles) je l'ai boqué (embrassé) et on a fini par chenailler (état amoureux)

Il va faire du temps (pleuvoir ou neiger) il y a une fricottée (grande quantité) de mouchillons (moucherons) et de tavins (taons) autour des cabes (chèvres) Il ne faut pas pétouiller (trainasser) pour ramasser le foin.

Hier soir tout par un coup (tout à coup) il a fait une de ces tonnées (coup de tonnèrre) si bien qu'après il est tombé de ces rabasses (fortes averses). J'ai bien fait de mettre une seille (seau en bois) sous la gouliche (tuyau d'écoulement d'eau)

Ce matin y'a la Jeanne qu'est venu ticler (ouvrir la porte), même qu'elle n'a même pas toqué (frappé à la porte). J'étais au poêle (salle où se trouve le fourneau) ; elle a bien vu que j'avais une sacrée repassée (beaucoup de linge à repasser).

Le marmot (petit garçon) avait mangé de la confiture de brimbelles (myrtilles) il était tout machuré (barbouillé). Alors la mère sortit son tire-jus (mouchoir) mis un peu de bave (salive) dessus et lui dit; donne ton bec que je te débarbouille (viens que je lave ta figure)

Il a beaucoup neigé cette nuit, on ne pourra pas aller au village, il y a plein de menées (congères)

On va plouffer (éliminer un partenaire) pour savoir celui qui sera le chef.

Ils ont mangé toutes les nailles (dragées) jusqu'à ce qu'il n'en restait plus pas une (aucune).

Cette grande guinche (grande femme mal habillée) elle lui fait tous ses machots (caprices; lubies)

Quand je lui ai dit qu'il y avait plein de gravalons (beaucoup de frelons) dans la galendure, (mince cloison) et qu'il fallait la tirer en bas (démolir) il en baillait des ronds de frites (manifaistait de la surprise).

Oh! il fait cru (atmosphère froide et humide) ramasse ton pantais (chemise ou pan de chemise) et viens prendre une larmiche de gnole (petite quantité d'alcool de fruit)

En allant cueillir des brimbelles (myrtilles) il s'est enfilé une échaille (écharde) dans la main.

Ce matin le Gaston, il a mené (emmené) du fumier dans les champs; il était tout mouillé de chaud (en nage, en sueur)

Aujourd'hui il n'est pas allé travailler; il est arrete (en cessation de travail) parce qu'il a la crève (grippe)

Il s'est fait bouriauder (bousculer) par sa mère parce qu'il rousillait (grignotait) une trique (bon morceau de pain) avant le repas.

Arrète de chouiner (pleurnicher) et ramasse le chenis (balayures)

Elle est novillotte (bêta) elle s'émeille (s'inquiète) pour rattrouper (regrouper) les niaux (faux oeufs en platre pour inciter les poules à pondre)

A Suivre